Site actuellement en cours de refonte.

L'U.D.S.P.A

 

Les unions, piliers du réseau associatif


Les 98 unions départementales et les 13 unions régionales de sapeurs-pompiers sont les piliers du réseau associatif.


Composée elle aussi de sapeurs-pompiers élus, l'union assure la représentation des sapeurs-pompiers et la défense de leurs intérêts auprès des pouvoirs publics locaux et des autorités d’emploi.

Pour la gestion de ses activités, l'union s’appuie sur des commissions dont les travaux, relayés au niveau régional puis fédéral, permettent de mener des actions d’envergure au niveau national, de relayer les informations et de favoriser les échanges entre sapeurs-pompiers de tout le territoire.


Dans le domaine social, l’union peut porter secours à la famille en cas d’accident, de décès ou de situation difficile. Elle agit en relais des associations nationales telles que l’Œuvre des Pupilles ou la Fédération.

Les Jeunes sapeurs-pompiers (JSP): les unions coordonnent et garantissent le bon fonctionnement des sections de JSP animées par les amicales de leur département.

Les unions sont aussi habilitées, via la FNSPF, à la formation au secourisme du grand public. A travers elles, les sapeurs-pompiers sont l’un des principaux acteurs dans ce domaine en France.

Sans oublier : les compétitions sportives, les congrès départementaux et régionaux, la promotion des musiques sapeurs-pompiers, l'histoire et la conservation du patrimoine, les loisirs...

Sapeurs-pompiers, la vie associative, c'est vous !


Par leur nombre, leur diversité et le pluralisme qui les caractérise, les associations constituent au sein de la vie des sapeurs-pompiers un creuset inestimable de la démocratie. Le mouvement associatif favorise l’esprit inventif et la création, et libère l’intelligence individuelle et collective. Son utilité n’est plus à démontrer. Il permet l’intervention des citoyens sur tous les sujets qui les préoccupent sur le plan tant social que culturel, sportif ou humanitaire. Le cadre associatif favorise le don de soi. S’impliquer, ne serait-ce qu’un tout petit peu, c’est déjà faire une démarche volontaire ; c’est donner un peu de son temps, c’est gommer l’individualité, c’est donner de son cœur. Mais c’est bien là tout l’esprit du monde sapeur-pompier.